ActuFinances.fr

Ficht dégrade l'Espagne

En zone euro, la mauvaise nouvelle est venue de l'agence de notation Fitch qui a abaissé de trois crans jeudi soir la note de l'Espagne, évoquant le coût d'une restructuration du secteur bancaire, chiffré entre 60 et 100 milliards d'euros.
Standard & Poor's a chiffré de son côté entre 80 et 112 milliards d'euros les pertes que les banques espagnoles risquent d'essuyer d'ici 2013 en raison des crédits accordés. L'agence estime de plus en plus probable qu'elles soient forcées de recourir à une aide européenne.


Les Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, après quatre séances consécutives de hausse, la dégradation de la note de l'Espagne par Fitch venant s'ajouter à la déception des investisseurs après les propos de Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale américaine.

A 9h06, l'indice CAC 40, qui a progressé de 4% depuis le début de la semaine, abandonne 1,14% à 3.036,02 points. La Bourse de Londres perd 0,69%, celle de Francfort 0,94% et la place madrilène 1,16%.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 1,01% après avoir avancé de 3,6% sur les quatre premières séances de la semaine.
Les propos de Ben Bernanke ont laissé sur leur faim les investisseurs, qui attendaient un signal sur un nouveau programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la part de la banque centrale.

En zone euro, la mauvaise nouvelle est venue de l'agence de notation Fitch qui a abaissé de trois crans jeudi soir la note de l'Espagne, évoquant le coût d'une restructuration du secteur bancaire, chiffré entre 60 et 100 milliards d'euros.

Standard & Poor's a chiffré de son côté entre 80 et 112 milliards d'euros les pertes que les banques espagnoles risquent d'essuyer d'ici 2013 en raison des crédits accordés. L'agence estime de plus en plus probable qu'elles soient forcées de recourir à une aide européenne.
Les investisseurs surveilleront dans la foulée de cette annonce l'évolution des taux d'emprunt de Madrid sur le marché obligataire, qui se sont nettement détendus depuis quelques jours en raison d'un regain d'espoirs quant à une sortie de crise en Europe.

Fitch Ratings a également réitéré sa menace de dégrader la note souveraine des Etats-Unis l'an prochain si Washington ne parvient pas à réduire ses déficits et à mettre en place un plan de réduction de sa dette, mais a jugé "crédibles" les plans budgétaires de la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et d'autres pays bénéficiant de la note AAA.

Par ailleurs, selon des sources de l'UE, la Commission presse la Grèce de liquider certaines banques, parmi lesquelles, peut-être, ATEbank, le cinquième établissement du pays.
CHANGES - L'euro reculait face au dollar, à 1,2524, après avoir touché un plus haut à 1,2626 la veille à la suite de la décision de la banque centrale chinoise. Les propos par la suite du patron de la Fed, Ben Bernanke, éloignant la perspective d'un QE3 ont permis au dollar de se raffermir tandis que la dégradation de la note de l'Espagne portait un nouveau coup à la monnaie unique.
PÉTROLE - Le baril évoluait sous les 99 dollars, plombé par les incertitudes sur la fagrile reprise économique aux Etats-Unis, grands consommateurs d'or noir, après les propos de Ben Bernanke écartant des mesures de soutien imminentes. Les problèmes en zone euro participent également à reléguer au second plan les tensions entre les pays occidentaux et l'Iran. Sylvain Brenner manager de compte chez optionclick.com


Article paru le : 29-03-2013 à 10:23:35


     Actualités économiques & financières du crédit et des banques. Plan du site