ActuFinances.fr

BCE aucune mesure concréte.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré jeudi matin qu'elle souhaitait travailler à une "union politique" en Europe, quitte à accepter l'idée d'une Europe à deux vitesses si certains pays bloquent. Mais elle a tempéré les espoirs en ajoutant qu'un seul sommet (celui de l'Europe fin juin) ne sera pas capable "de tout régler d'un coup".
Les Bourses européennes poursuivent leur rebond en début de séance, dans l'espoir d'une solution à la crise en Espagne et d'un nouvel assouplissement monétaire aux Etats-Unis, en attendant le résultat d'une adjudication clé de dette souveraine espagnole prévue ce matin.

La Bourse de Paris était en hausse jeudi en début de matinée, a 09H30, l'indice CAC 40 progressait de 0,76%, gagnant 24,81 points à 3.082,71 points, Mercredi, l'indice parisien a signé sa troisième séance de hausse d'affilée malgré le statu quo de la Banque centrale européenne sur ses taux.
Les prochaines résistances fortes sont à 3.095 points, avant 3.185 points, pour l'indice CAC 40, et à 2.11

À Francfort, le Dax gagne encore 0,76% et à Londres, le FTSE prend 0,53%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 avance de 0,93%.
Après la BCE, les yeux des investisseurs seront tous tournés vers les Etats-Unis où Ben Bernanke, le président de la Fed (Banque centrale américaine) doit prononcer dans l'après-midi un discours devant les élus du Congrès.
Selon plusieurs économistes, M. Bernanke se doit de rassurer les agents économiques et de préparer le marché à de nouvelles mesures de soutien.
Ces espoirs soutiennent les actions, d'autant qu'en Europe les opérateurs observent attentivement les initiatives en cours pour créer davantage de cohésion et tenter de juguler la crise.
Pour certains cette remontée se fait toutefois sur du vide, en l'absence de mesures concrètes.
La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré jeudi matin qu'elle souhaitait travailler à une "union politique" en Europe, quitte à accepter l'idée d'une Europe à deux vitesses si certains pays bloquent. Mais elle a tempéré les espoirs en ajoutant qu'un seul sommet (celui de l'Europe fin juin) ne sera pas capable "de tout régler d'un coup".
Les banques continuaient à gagner du terrain avec la Société Générale (+1,81% à 18,03 euros), Crédit Agricole (+1,41% à 3,17 euros), BNP Paribas (+1,40% à 28,98 euros).
Conseil du jour :
On s’attend, aujourd’hui,  a une confirmation de la reprise haussière des indices.Il faudra surveiller l’avancement des propositions politiques dans la zone euros afin de mettre un terme a la crise de la croissance et bancaire.Sylvain Brenner manager de compte chez optionclick.com


Article paru le : 29-03-2013 à 09:32:01


     Actualités économiques & financières du crédit et des banques. Plan du site